Combler le fossé des générations en se branchant sur vos valeurs d’entreprise

Combler le fossé des générations en se branchant sur vos valeurs d’entreprise

8 octobre 2015Services-conseils en ressources humaines

Tandis que des propriétaires d’entreprise déplorent le manque de stabilité de la jeunesse, les jeunes expriment leur besoin de liberté, d’expérimenter, et de se développer dans un environnement de travail stimulant et valorisant.

Pour arriver à combler le fossé des générations, nous proposons d’aller à l’origine du problème et de se brancher sur l’enjeu des valeurs.

Souvent, l’erreur est de supposer que les valeurs d’entreprise sont déjà connues. Toutefois, la définition d’une même valeur n’est pas forcément la même pour tous, elle dépend du bagage identitaire et générationnel. 

Ainsi, il devient utile et rentable de les définir CLAIREMENT, notamment pour recruter des candidats dont l’identité est compatible avec celle de votre entreprise, mais également pour amener les employés à comprendre comment ils doivent se comporter pour répondre à vos attentes.

Pour illustrer ce propos, nous désirons vous raconter l’histoire de Pierre, propriétaire d’une entreprise bien installée en région, de sa directrice à la comptabilité Martine, ainsi que de Cédric, nouvel employé de 26 ans récemment diplômé.

 
Point de vue de Pierre, propriétaire

Vous êtes heureux d’avoir réussi à bâtir votre entreprise, vous y avez consacré une grande partie de votre vie. En effet, vous n’avez pas chômé ces années durant. La discipline, l’ardeur au travail et le respect vous ont permis de vous distinguer de la concurrence et de gagner la confiance de nombreux clients. Avec vos employés, qui sont pour la plupart là depuis le début, vous êtes sur la même longueur d’onde. 

Cette année, il va falloir prévoir une relève en raison de plusieurs départs à la retraite. Fort heureusement, vous avez déjà recruté un jeune diplômé qui constitue une relève idéale. Vous êtes même persuadé qu’il va faire, comme vos employés actuels, une partie de sa carrière dans votre entreprise. Après tout, c’est un jeune de votre région qui partage les mêmes valeurs.

Un jour, Martine, votre directrice à la comptabilité depuis des années, demande à vous parler. Elle vous mentionne qu’elle souhaite vous parler de Cédric, le nouvel employé. Vous commencez à vous inquiéter, car selon vous, Cédric travaille bien et semble bien s’intégrer. D’ailleurs, il n’hésite pas à venir vous voir dès qu’il a une question et il vous relance quand vous n’êtes pas disponible pour lui répondre. 

Vous soupçonnez que Martine veut probablement se plaindre de la tendance que Cédric a, c’est-à-dire, toujours donner son avis sans qu’on le lui demande puisqu’ à la dernière rencontre, on aurait cru qu’il remettait en question certaines façons de faire. Lorsque Martine vous rencontre, elle éclate: 


«Pierre, je ne sais pas quoi faire de ces jeunes! On dirait qu’ils ne prennent pas au sérieux le travail, ils ne veulent que s’amuser! Au dîner, au lieu de venir m’aider à finaliser les dossiers en retard, Cédric préfère sortir manger et après la journée de travail, il va à ses soirées de réseautage ou faire ses entraînements! [Elle reprend son souffle] … Et le pire dans tout ça, tu ne vas pas me croire! … Écoute bien : Cédric me demande à travailler de la maison lorsque possible…! Tu imagines Pierre, moi qui aie eu trois enfants, je n’ai jamais travaillé de la maison! Apparemment, ces jeunes n’ont plus aucune résistance! Ils ne peuvent pas se concentrer de 8 h à 5 h, soi-disant qu’ils ont besoin d’une pause et qu’ils travaillent mieux avec des horaires flexibles! J’ai l’impression qu’il a du mal à se concentrer, car il est souvent sur les réseaux sociaux … Alors, imagine-le s’il pouvait travailler de chez lui? N’importe quoi! Alors, qu’est-ce que l’on fait?»

Sur le coup, vous êtes bouche bée. Vous réalisez que la situation est plus tendue que vous ne le pensiez. Avec la relève qui s’en vient, les conflits de générations seront inévitables. Vous ne savez malheureusement pas comment vous allez vous y prendre pour gérer la situation.

Point de vue de Cédric, en poste depuis 1 an, 26 ans

 Vous avez travaillé fort durant vos études, vos parents vous ont soutenu et vous avez réussi! Tout votre entourage est fier de vous! C’est vrai, après tout, vos années d’études ont été une période intense de sacrifices! 

Vous êtes parvenu à combiner vos travaux d’équipe, votre travail au supermarché et votre implication sociale, tout en gardant du temps pour votre famille, votre copine et vos amis. Vous acceptiez que parfois, ils devaient croire que vous aviez disparu en sac à dos autour du monde!

Maintenant que vous êtes diplômé, vous avez obtenu un emploi dans votre domaine et près de chez vous, en région en plus! Vous étiez ravi, car vous alliez pouvoir retrouver entièrement votre vie sociale et sportive.

Jusqu’à tout récemment, votre nouvel emploi vous plaisait. Vous aviez hâte de mettre à profit tout ce que vous aviez appris. Vous étiez content d’être occupé à de multiples tâches et quand vous aviez des questions, les gens se portaient volontaires pour vous aider rapidement et cela vous faisait gagner énormément de temps.

Au début, Martine, votre supérieure, semblait vous faire confiance en vous confiant des projets intéressants. Maintenant, elle vous semble irritable. Elle ne comprend pas que vous ne privilégiez pas de l’aider à l’heure du dîner ou après la journée de travail.

Maintenant que vous avez terminé vos études, vous voulez trouver l’équilibre entre les défis d’une carrière stimulante et d’une vie personnelle trépidante.

Au fil du temps, ce qui vous agace aussi, c’est cette impression que Martine vous talonne. Au début, vous étiez compréhensif, car vous vous disiez que c’était normal et que tout cela était dû à la période d’intégration. Malgré tout, vous croyez que vos études vous ont suffisamment bien préparés pour être autonome et vous n’aimez pas qu’on vous infantilise. 

Enfin, lorsque vous avez demandé à Martine de travailler à partir de la maison de temps à autre, elle n’a pas réagi avec ouverture. Au contraire, elle a été intransigeante sur l’horaire de travail. Pourtant, vous pensiez avoir réussi à tisser un lien de confiance avec elle. Vous vous attendiez à un peu plus de souplesse de sa part pour faire votre entraînement le matin et terminer plus tard, car de toute façon, vous êtes plus productif ainsi! 

Vous appréciez la mission de l’entreprise et vos collègues, mais vous vous dites que vous n’aurez certainement pas de difficultés à trouver une autre opportunité chez un employeur qui s’adaptera à vos besoins.
•    Qu’est-ce que l’histoire nous révèle?
•    Qu’est-ce que l’employeur devrait faire pour retenir Cédric?
•    Comment réconcilier plusieurs générations au sein de l’entreprise?

Point de vue du service RH Therrien Couture

Les valeurs, pour chaque génération, peuvent être différentes, voire même à l’opposée. À travers le récit, la perception de Martine diverge totalement quant au principe de la flexibilité des horaires. 

Face à la situation, nous avons proposé au propriétaire d’aller à la source et de réfléchir à ce qui était important pour lui et son équipe. Pour y arriver, nous avons impliqué les employés en formant des groupes de discussion.

Selon les participants, quels étaient les actions et les comportements qui étaient valorisés par la direction? Qu’est-ce qui devait demeurer intact? Qu’est-ce qui devait changer? 

L’approche de consultation nous a permis de rapporter à Pierre dans quelle mesure les besoins et les attentes des employés avaient évolué. Il a reçu la rétroaction avec intérêt et il a identifié les valeurs qu’il estimait comme étant fondamentales pour assurer le succès de l’entreprise.

La définition et la communication des valeurs d’entreprise ont permis de faire des gains importants, car les écarts de perceptions et de générations ont été soulevés. 

En étant consulté dans le cadre de l’exercice, Cédric a eu l’opportunité de nommer ce qui était important pour lui et sa cohorte. Son opinion a été prise en considération, de sorte qu’il est non seulement resté à l’emploi, mais il est devenu un ambassadeur de l’entreprise. 

En effet, il  participe activement à l’accueil et l’intégration des nouveaux employés. Quoiqu’il ne soit pas permis de travailler à partir de la maison durant les heures régulières de travail et les périodes achalandées, Martine accepte qu’il arrive et termine plus tôt ou plus tard. De plus, elle lui laisse plus d’autonomie dans la gestion de son temps et lui laisse plus de marge de manœuvre dans la réalisation de ses tâches.

Les employés comprennent dorénavant mieux ce qui est attendu d’eux, ce qui est permis et bien vu, de ce qui ne l’est pas. Les comportements souhaités sont connus de tous et Martine se sent dorénavant outillée pour intervenir quand une personne n’agit pas en cohérence avec les valeurs de l’entreprise.

Le propriétaire est très heureux d’avoir priorisé la réflexion stratégique des valeurs d’entreprise, car la performance de son équipe est passée à un autre niveau et sa réputation d’employeur dans la région a fait un bond en avant. En effet, plusieurs jeunes professionnels ont récemment envoyé leur CV.  

La notion de loyauté a évolué et la génération d’aujourd’hui hésite moins à faire le saut vers un autre employeur. En tenant compte de cette réalité, le propriétaire a compris l’importance d’investir dans la stratégie RH pour s’actualiser et demeurer concurrentiel.

Veuillez indiquer une note
0
Ajouter
Succès de l'ajout de l'évaluation
Échec de l'ajout de l'évaluation
Résultats1 - 10de1000

Votre équipe en Services-conseils en ressources humaines