Posez-vous les bonnes questions avant d’investir dans une entreprise en démarrage? | Therrien Couture avocats

Posez-vous les bonnes questions avant d’investir dans une entreprise en démarrage?

18 mai 2016Droit des affaires et corporatifYan Perreault et Normand TherrienYan Perreault et Normand Therrien

L’évaluation de la valeur d’une entreprise est souvent un exercice subjectif, mais cela est encore plus vrai lorsque l’on parle d’une entreprise en démarrage. En effet, une entreprise en démarrage ne possède souvent pas les actifs ou les contrats d’une entreprise bien établie, qui permettraient d’en établir plus facilement la valeur. Toutefois, une entreprise en démarrage constitue une opportunité d’investissement qui peut être très intéressante lorsqu’on l’évalue selon certains critères alternatifs. Par exemple, quelle est la taille du marché potentiel pour cette nouvelle entreprise? Est-ce que le fondateur est un entrepreneur expérimenté? L’objectif de la présente publication est donc d’identifier quelques-uns des nombreux facteurs à considérer lorsqu’arrive le moment de négocier un investissement dans une entreprise en démarrage.

1) Taille du marché potentiel

La taille du marché potentiel est un élément clé dans l’évaluation de la valeur d’une entreprise en démarrage. En effet, il est primordial de se demander qui est le public cible pour cette nouvelle entreprise. Vise-t-elle un secteur de niche? Est-ce un produit susceptible d’intéresser le grand public? Veut-on le commercialiser localement ou à l’international?

En vous posant ces questions, vous pourrez déterminer rapidement si l’entreprise a un potentiel de croissance intéressant.

2) Expérience de l’entrepreneur

Le niveau d’expérience de l’entrepreneur est aussi un facteur important dans la survie d’une entreprise en démarrage. Par niveau d’expérience, il n’est pas seulement question de son niveau d’expertise en démarrage d’entreprise, mais aussi de sa connaissance du milieu dans lequel il tente sa chance. Évidemment, un entrepreneur qui est confortable avec son produit ou qui en est à sa quatrième entreprise aura moins tendance à abandonner aux premiers défis qui se présenteront inévitablement à lui. Si l’entrepreneur a déjà lancé quelques entreprises, il est toujours conseillé de vérifier sa feuille de route et contacter ses anciens collaborateurs, question de savoir avec qui vous négociez.

De plus, les entreprises avec des fondateurs multiples ont souvent de meilleures chances à court et moyen terme puisque si l’un d’eux souhaite mettre fin à l’aventure, son (ou ses) partenaire(s) pourra(ont) conserver l’entreprise en opération.

3) Niveau de compétition
Ce point peut vous sembler d’une évidence absolue, mais à l’ère de la mondialisation, plusieurs oublient de vérifier ce qui se fait ailleurs dans le monde dans le domaine où ils s’apprêtent à investir. Par exemple, une entreprise allemande avec des visées à l’international peut aujourd’hui facilement offrir ses produits ou services à travers la planète à coûts réduits, dépendamment du secteur d’activité. Il est donc essentiel de se renseigner sur les compétiteurs potentiels de l’entreprise en démarrage dans laquelle vous souhaitez investir. Une entreprise peut vous sembler révolutionnaire et pleine de potentiel, mais être en retard sur ce qui est offert ailleurs, et donc voir sa valeur réduite.

4) La propriété intellectuelle
Du ressort des juristes, la propriété intellectuelle d’une entreprise se doit toujours d’être bien protégée, phase de démarrage ou pas. Avant tout investissement, une vérification s’impose et devrait toujours comporter un volet sur la propriété intellectuelle puisque des failles à ce niveau peuvent occasionner des problématiques importantes. En effet, si la propriété intellectuelle de l’entreprise n’est pas protégée adéquatement par des marques de commerce et des brevets, elle pourrait être copiée par des compétiteurs, ayant ainsi des conséquences négatives sur la valeur de l’entreprise.

5) Cycle de vente
Lorsqu’il est question du modèle de vente, il est important d’évaluer d’abord la durée du cycle de vente dans le contexte où il sera appliqué. Est-ce que l’entreprise souhaite vendre directement à des consommateurs, à des PME ou a de grandes entreprises? La durée du cycle de vente varie inévitablement en fonction de la cible de vos produits et services. Un produit destiné aux consommateurs aura inévitablement un cycle de vente plus court qu’un logiciel développé pour de grandes entreprises.

Vous gagnez donc à évaluer la durée relative du cycle de vente d’un produit. Est-ce que les ventes sont conclues rapidement lorsque comparées avec des produits ou services semblables? Un cycle de vente efficace aide à réduire le stress sur les liquidités, qui sont fondamentales dans un contexte de démarrage d’entreprise, et augmente potentiellement la valeur d’une entreprise.

De plus, il est nécessaire d’évaluer la rapidité avec laquelle l’entreprise peut commencer à générer du revenu. Par exemple, si le développement du produit et sa mise en marché doivent s’étirer sur plusieurs années avant les premières ventes, il faut être prêt à supporter cet investissement sans aucun retour pour une longue période. 

En conclusion :
Il n’y a évidemment pas de recettes miracles pour garantir qu’une jeune entreprise connaîtra du succès ou pour l’évaluer à sa juste valeur. Cependant, comme vous l’aurez constaté en lisant cet article, certains critères peuvent nous aider à mieux évaluer la valeur d’une entreprise en démarrage et ainsi déterminer si l’investissement en vaut le coup.

Veuillez indiquer une note
0
Ajouter
Succès de l'ajout de l'évaluation
Échec de l'ajout de l'évaluation
Résultats1 - 10de1000

Votre équipe en Droit des affaires et corporatif